La Catalogne indépendante serait-elle exclue de l’Union Europénne ?

J’étais vendredi dernier l’invité  du magazine Forum de la radio-télévision Suisse romande. Celui-ci organisait en effet un débat consacré à l’indépendance de la Catalogne et à la nécessité, en cas d’indépendance, de réadhérer à l’Union européenne. Vous trouverez cette émission ici.

Je reviendrai plus longuement sur cette problématique dans un autre texte, mais je rajoute ici quelques éléments au débat.

Avant toute chose, précisons qu’il est toujours un peu déstabilisant, lorsqu’on invité en tant qu’expert sur un sujet, d’être confronté à une militante. Contrairement à ce que le débat pourrait peut-être laisser penser, je n’ai rien contre le nationalisme catalan, ni contre la volonté affichée par une partie de la population catalane d’accéder à l’indépendance. De même, je ne conteste aucunement le fait que le mouvement indépendantiste catalan corresponde à une aspiration populaire dont il conviendrait de mesurer le caractère majoritaire par un référendum ou une consultation.

Mon propos consistait plutôt à souligner les risques d’une telle démarche et l’hostilité générale des États européens à voir un de leur pair perdre une partie de son territoire. A ceux qui trouveraient incroyable ou scandaleux que l’on ne reconnaisse pas la volonté d’une majorité de la population d’accéder au rang d’État, je répondrais que les relations internationales n’ont, malheureusement, jamais été le lieu privilégié du respect de la démocratie. Chaque État agit en fonction de ses intérêts, et sa propre conservation est le premier d’entre eux.

Rappelons plus spécifiquement le cas du Kosovo qui partage avec la Catalogne deux caractéristiques essentielles : un soutien populaire à l’indépendance (qui reste à vérifier chez les Catalans) et le refus de celle-ci par l’État central. Cinq États-membres de l’UE (dont l’Espagne) ont refusé – et refusent toujours – de reconnaitre le Kosovo. La raison de ce refus a été explicitement énoncée : il s’agit de l’absence d’accord négocié avec la Serbie. La majorité des États dans le monde n’ont pas non plus reconnu le Kosovo, ce qui empêche ce dernier d’intégrer véritablement la communauté internationale. Cet ostracisme a de graves conséquences économiques, insupportables pour une économie développée comme la Catalogne. Hors contexte colonial, la non-reconnaissance (ou la reconnaissance par seulement quelques États) est la norme en l’absence de consentement ou d’accord négocié avec l’État central.

Pour aller plus loin sur la question centrale de savoir si la Catalogne devrait refaire une demande d’adhésion à l’Union, je vous recommande la lecture de l’article de Yves Gounin présent dans le numéro de Politique Etrangère auquel j’ai participé. Il a le mérite de bien poser les termes du débat et de montrer que la décision est in fine politique. Je ne partage cependant pas sa conclusion quant à l’obligation qu’aurait l’UE de laisser la Catalogne rester dans l’Union. A mon sens, le cadre juridique offre au contraire un droit de veto à chaque État-membre, situation propice à une exclusion plus ou moins longue avant une réintégration éventuelle dans l’Union. Ceci constituerait pour certains États une manière de dissuader leurs propres séparatistes de suivre le même chemin que la Catalogne.

Publicités

A propos vlaborderie

Politologue français vivant en Belgique
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La Catalogne indépendante serait-elle exclue de l’Union Europénne ?

  1. Estelle Blanche dit :

    Mais voyons, soyez sérieux! Croyez-vous vraiment que Siemens, qui n’a même pas quitté la Catalogne lors de la Guerre Civile, permettrait de condamner la Catalogne à l’ostracisme? Nestle, et d’autres puissantes multinationales, non plus. Pour ne pas nommer tous ces ministres allemands, holandais, etc, qui ont leur acheté leur maison de vacances près de la mer sur la côte catalane… Autre petite différence avec Kosovo: la Catalogne appartient déjà à l’UE. Et depuis 30 ans. Pensez-vous vraiment qu’on pourrait retirer les droits de quelques milions de citoyens du jour au lendemain?
    Vous avez raison, il s’agit d’une décision politique. Mais dans le cadre européen, et non des balcans d’il y a 10-20 ans, ceci n’aurait aucun sens au 21ème siècle….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s