De la possibilité d’un gouvernement de centre-droit en Belgique

Le journal De Morgen m’avait demandé décrire une ‘opiniestuk’ sur les négociations actuelles, en prenant comme point de départ les différences de perceptions entre Flamands et Francophones quant aux chances de réussites d’une coalition de centre-droit. Vous trouverez cet article directement ici. J’ai gardé la version papier en collector vu le portrait dont m’a affublé le journal. Voyez vous-même :  Morgen Marcourt

Quoi qu’il en soit, voici pour les non-néerlandophones la version française (et légèrement augmentée) de ce texte paru vendredi dernier :

Comment MR et CDH peuvent dompter la bête

Depuis le début de la mission d’informateur royal de Bart De Wever, on constate une différence de perception dans les médias francophones et Flamands quant à sa capacité à former un gouvernement de centre-droit sans le PS.

Comme le suggérait Johanne Montay dans ces colonnes, cela est certainement lié aux relations qu’entretiennent hommes politiques et journalistes chacun de leur côté de la frontière linguistique. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le journal francophone le plus optimiste quant à la formule de centre-droit est L’Echo, où officie Martin Buxant qui a probablement gardé des contacts avec le personnel politique Flamand. Mais, de manière plus fondamentale, la différence vient également de la perception de la N-VA dans l’opinion publique, très contrastée entre Flandre et Wallonie.

Par exemple, alors que Bart De Wever a mis progressivement de côté son programme institutionnel durant la campagne, les Francophones n’ont tenu aucun compte de cette évolution. Ce n’est pas que la frontière linguistique constitue, comme l’a un jour décrit Christian Laporte, un “mur de Berlin médiatique”. Bien pire, elle apparaît comme un filtre qui ne laisse passer de Flandre que les informations les plus anxiogènes quant à l’avenir du pays et au programme de la N-VA. Côté francophone, il a ainsi été admis durant la campagne que quiconque gouvernerait avec la N-VA devrait accepter, au moins en partie, son programme institutionnel. La conséquence directe a été un triste concours entre partis francophones pour savoir lequel serait le plus anti-N-VA, et un engagement plus ou moins ferme de chacun à ne pas gouverner avec ce parti.

Le coup de Jarnac du PS

Au soir du 25 mai, la perception de ce qui allait suivre côté francophone était relativement claire : la N-VA étant contournable du fait de la majorité côté néerlandophone pour une tripartite traditionnelle à la chambre, celle-ci finirait par s’imposer.

Mais deux évolutions ont remis en cause cette situation. La première, c’est la promesse de l’abandon par la N-VA de son programme communautaire et le sérieux avec lequel Bart De Wever prend sa mission. Fait nouveau en Belgique francophone, plus personne ne doute du fait qu’il tente sincèrement de former un gouvernement fédéral sans le PS. La seconde évolution découle directement de la première : sentant qu’un gouvernement sans lui était finalement possible au fédéral, le PS a voulu sécuriser ce qui pouvait l’être en convainquant le CDH de former, en Wallonie et à Bruxelles, des majorités excluant le MR.

La stupeur des libéraux fut alors immense. Elle était à la mesure de leur quasi-certitude de revenir au pouvoir au sud du pays du fait de leurs bons résultats électoraux. Suite à ce “coup de Jarnac”, la défiance et le désir de vengeance envers le PS atteint un niveau maximal et, pour les libéraux, la N-VA est soudainement devenue moins infréquentable que le PS. Depuis que le CDH a confirmé qu’il envisageait d’être présent à tous les niveaux de pouvoirs, le gouvernement de centre-droit est possible.

La peur du séparatisme

Si l’on s’en tient aux aspects socio-économiques, il s’agit de la solution la plus logique. En effet un gouvernement de centre-droit est plus cohérent (ou moins incohérent) qu’une tripartite traditionnelle puisque la distance entre la N-VA et le CDH est beaucoup moins grande qu’entre le PS et l’OpenVLD[1]. Mais tant que la peur du séparatisme flamand reste présente, ces considérations rationnelles demeurent théoriques.

Il importe donc pour le MR et le CDH de faire accepter par la population francophone ce gouvernement avec la N-VA qu’ils avaient juré de ne pas faire. Paradoxalement, la diabolisation dont la N-VA a fait l’objet pourrait les y aider. Obliger ce parti, présenté comme anti-social et séparatiste, à renoncer à réformer l’index, à limiter les allocations chômage dans le temps et à toute réforme institutionnel pourrait être mis au crédit du MR et du CDH. Ils pourraient se targuer d’avoir dompté la bête, ce que n’avait pas réussi le PS durant l’été 2010. Ce faisant, il ne ferait rien d’autre que suivre les recommandations d’un Paul Magnette qui soulignait il y a quelques années l’importance d’associer la N-VA au pouvoir. MR et CDH pourraient également en profiter pour montrer que le PS n’est pas nécessaire à la pérennité du modèle social belge.

Mentionnons enfin un changement d’image possible de Bart De Wever dans l’opinion francophone. Remplissant sa fonction d’informateur royale de manière sérieuse et sobre, le président de la N-VA peaufine son image d’homme politique responsable à qui le roi Philippe vient de faire confiance pour la troisième fois. Si cette évolution se concrétisait, l’utilité de la fonction royale comme instrument nécessaire de légitimation du pouvoir dans une société divisée ne serait plus à démontrer.

 

_____________________________

[1] Benoît Rihoux, Stefaan Walgrave, Conrad Meulewaeter, Christophe Lesschaeve, Michiel Nuytemans, « Distances et proximités entre la N-VA et les 3 ‘familles’ de partis classiques : quelles alliances les plus plausibles à l’échelon fédéral ? », 30 mai 2014. Voici le lien vers cette étude : NVA UCL UAnvers.doc

Publicités

A propos vlaborderie

Politologue français vivant en Belgique
En passant | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s