Rencontre avec un parlementaire sectaire

Mon précédent billet consacré à campagne injuste.be a fait plus que son bonhomme de chemin. Devenu rapidement le texte le plus lu de ce blog, il a désormais dépassé les 3000 vues. Je n’ai eu que des commentaires positifs (plus souvent en privé qu’en public), si ce n’est de la part d’un multi-parlementaire PS.

PPrevot5

Je ne m’attendais pas forcément à une réaction du PS à mon texte. Dans ces cas-là, il y a deux types de réactions possibles : faire comme si l’on avait rien vu ou répondre à la critique, au risque de faire la publicité de ladite critique. Sachant que j’ai publié mon texte uniquement sur mon blog, je m’attendais plutôt au premier type de réaction. Mais c’en est une troisième qui est arrivée : dénigrer l’auteur (en l’occurrence moi-même) en attaquant son intégrité et en suggérant qu’il est lié au MR d’une manière ou d’une autre. Au fil de la discussion, l’accusation se fait plus précise et M. Prévot remet en cause mon indépendance :

PPrevot4

Je ne prendrai pas la peine de répondre à ce genre d’accusations si elles étaient nouvelles. Mais elles s’ajoutent à celles effectuées il y a quelques mois par Jérémie Tojerow. Le procédé est aussi peu original que minable : faute d’argument sur le fond, on attaque la personne. Il est surtout révélateur d’un sectarisme assez préoccupant de la part de personnes très proches de l’ex et futur président du premier parti politique francophone. Patrick Prévot fut en effet le secrétaire particulier d’Elio Di Rupo alors que Jérémie Tojerow était membre de son cabinet de Premier ministre.

Précisons en premier lieu que l’accusation de lien avec le MR ou le centre Jean Gol ne repose sur rien. Je n’ai aucun lien avec ces structures et ne suit pas affilié, ni de près ni de loin, au centre Jean Gol. Les seuls « éléments » sur lesquels se basent nos auxiliaires de police politique sont les opinions et analyses que j’exprime sur mon blog, dans les médias ou dans mes tweets. Apparemment celles-ci s’éloignent dangereusement de la ligne du Parti. A tel point que, selon Patrick Prévot, je ne peux avoir de telles opinions tout en étant indépendant. Alors que c’est au contraire le fait d’être indépendant qui fait que je me préoccupe fort peu de ma proximité avec les idées d’un parti politique.

Pourquoi le MR ?

La meilleure preuve en est peut-être que le premier parti à m’avoir reproché une de mes recherches était les FDF, à l’époque associés au MR. Dans ce communiqué de presse, les FDF exprimaient leur désaccord quant à l’idée que la scission de BHV n’aurait pas d’influence sur la fixation de frontières internationales en cas d’indépendance de la Flandre (l’étude complète est disponible ici). Le communiqué de presse mentionnait précisément « le président des FDF s’interroge sur la mention de cette étude au moment présent, qui appuie opportunément la note du formateur, à l’approche de ces négociations cruciales pour l’avenir des Francophones, et dédouane et déculpabilise à bon compte les négociateurs francophones potentiels sur les conséquences d’une scission de BHV en termes de fixation de la frontière linguistique. »

Même si ce n’était bien sûr pas mon objectif, j’avais à l’époque aidé le formateur Di Rupo. Plusieurs cabinets de ministres PS s’étaient d’ailleurs empressés de me demander mon étude. Vous noterez par ailleurs qu’à l’époque Olivier Maingain était bien plus subtil. Il ne reproche pas la publication de l’étude mais sa « mention » et se garde bien de m’accuser directement de quoi que ce soit.

Pour revenir à mon billet traitant de injuste.be, je penses avoir davantage fait plaisir à Ecolo qu’au MR. Publié le même jour que l’excellente interview de Kristof Calvo dans La Libre Belgique, il aurait pu servir d’argumentaire ou de justification à la position développée récemment par Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant. Et si le but était de simplement donner des arguments au MR, j’aurai évité de mettre en lumière le fait que le populisme développé par le PS est en l’occurrence plus de droite que de gauche (cf. point 4).

A tout prendre, on aurait aussi bien pu tenter de me faire passer pour un agent de la N-VA (cela viendra peut-être) ou du Vlaams Belang. Mais le fait est que si, au PS, on se met à cataloguer comme MR les universitaires qui critiquent la communication socialistes de ces dernières semaines, le grand complot libéral risque de prendre une envergure inégalée. On pointera par exemple la dernière chronique de Carl Devos dans Le Vif et, surtout, l’article de Jérôme Jamin qui qualifie d’imposture l’instrumentalisation du combat antifasciste par le PS au moment de la mise en place du gouvernement Michel.

Ces réactions d’universitaires sont pourtant on ne peut plus normales lorsqu’un parti de gouvernement de l’envergure du PS verse dans des méthodes de communication et utilise des arguments qui constituent des insultes à l’intelligence. Plus vite les socialistes le comprendront, plus vite il pourront retrouver une communication digne de leur statut de premier parti francophone. Et si accuser ceux qui vous critiquent d’avoir partie liée avec « l’ennemi » offre un certain confort intellectuel, rappelons que le sectarisme conduit logiquement à l’isolement.

Publicités

A propos vlaborderie

Politologue français vivant en Belgique
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Rencontre avec un parlementaire sectaire

  1. Ping : Quand le PS bascule dans le populisme décomplexé | Politique belge (et autres…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s